Surmenage

Suis-je surmené ?

Ironiquement, ou peut-être logiquement, c’est souvent les gens qui travaillent le plus qui souffrent de surmenage. Ce sont les « super-mamans ou papas », les « perfectionnistes », les « bourreaux de travail ». Ce sont les gens qui donnent l’impression de tout faire, qui travaillent de nombreuses heures et qui épatent et impressionnent les autres par la quantité des choses qu’ils sont capables de faire. Toutes ces réussites supérieures peuvent s’interrompre brutalement si vous souffrez de surmenage. Vous pouvez passer de tout faire à faire très peu. Votre confiance en vous peut s’écrouler, vous pouvez vous sentir physiquement épuisé, votre concentration peut s’évaporer et vos émotions peuvent s’emballer (par exemple en pleurant à cause de petites choses ou en vous mettant en colère). Malheureusement, plus vous souhaitez faire des choses, plus fatigué vous devenez.

La différence entre le stress et l’épuisement professionnel

Le stress survient parce qu’il y a trop de choses qui se passent autour de vous. C’est lorsque les exigences auxquelles vous êtes soumis dépassent votre capacité à faire face. Lorsqu’il y a tant de choses à faire, vous pouvez essayer de tout contrôler en faisant plus d’une chose à la fois. Vous pouvez vous sentir surchargé, comme s’il n’y avait pas assez d’heures dans une journée. Le stress survient également lorsque quelque chose d’inattendu se produit et vous plonge dans le chaos.
Par exemple :

  • Un enfant tombe malade
  • Le patron vous confie un nouveau projet
  • Quelqu’un se casse la jambe en skiant

Dans ces situations, vous n’avez d’autre choix que de faire face à ce qui s’est passé aussi rapidement que possible. Mais si vous ne faites pas attention, vous risquez d’être dépassé par les événements et de ne pas pouvoir y faire face efficacement. Lorsque cela se produit, vous êtes stressé.

L’épuisement professionnel survient lorsque vous travaillez intensément pendant des années sans faire de pauses adéquates. Votre cerveau s’est adapté au surmenage, ce qui signifie que vous devez faire encore plus d’efforts pour rester concentré.

Signes et symptômes physiques de l’épuisement professionnel

L’épuisement professionnel est un syndrome qui est décrit dans la littérature depuis plus de 50 ans. Il a été défini pour la première fois par Freudenberger, qui l’a utilisé pour décrire « un état d’épuisement résultant d’un stress chronique », qui, selon lui, pouvait être causé par un déséquilibre entre les exigences du travail et les ressources personnelles.

Les symptômes sont souvent accompagnés d’autres problèmes, notamment une mauvaise concentration, des pertes de mémoire, de l’irritabilité et une baisse de productivité. Le terme  » épuisement professionnel  » fait référence à un type spécifique de fatigue résultant d’une exposition prolongée à des niveaux élevés de demande émotionnelle.

Cette forme de fatigue diffère de la fatigue physique car elle ne s’améliore pas après le repos. Au contraire, elle persiste jusqu’à ce que la capacité de la personne à remplir ses obligations soit rétablie.

Outre les symptômes mentionnés ci-dessus, plusieurs changements physiologiques sont également associés à l’épuisement professionnel. Il s’agit notamment de symptômes physiques tels que l’augmentation du rythme cardiaque, l’élévation de la pression artérielle et la réduction de la fonction immunitaire.

On a également rapporté des troubles du sommeil, des maux de tête, des troubles gastro-intestinaux, des douleurs musculaires et articulaires, des éruptions cutanées, une prise de poids et des dysfonctionnements sexuels.

La cause la plus courante de l’épuisement professionnel est la charge de travail excessive. Cependant, de nombreux facteurs différents contribuent à l’épuisement professionnel, notamment l’insatisfaction au travail, la faible rémunération, le manque de contrôle, les conflits interpersonnels, l’ambiguïté des rôles et les changements organisationnels.

Parmi les autres causes, citons les longues heures de travail, les délais irréalistes, le travail par quarts, le manque d’emploi, les problèmes familiaux, les difficultés financières, la toxicomanie, la dépression, l’anxiété et les traits de personnalité comme le perfectionnisme.

Les signes d’épuisement professionnel sont les suivants :

  • Se sentir fatigué la plupart du temps
  • Perte d’intérêt pour les choses que vous aimiez faire auparavant
  • Être irritable et impatient
  • Avoir du mal à dormir la nuit
  • Ne pas être capable de se concentrer pendant de très longues périodes
  • Vous vous surprenez à penser constamment que vous seriez bien mieux sans ce travail, cette maison, cette famille ou ces responsabilités.
  • Sentiments de dévalorisation et de culpabilité
  • Dépression
  • Pensées suicidaires

Si l’un de ces symptômes vous est familier, vous êtes peut-être victime d’épuisement professionnel. Heureusement, il existe des moyens de se remettre de l’épuisement professionnel. La première étape consiste à reconnaître ce qui s’est passé afin de pouvoir prendre des mesures pour éviter d’autres dommages.

Une fois que vous aurez reconnu les signes d’épuisement professionnel, vous devrez décider si vous voulez continuer à résoudre le problème par vous-même, demander de l’aide à vos amis et aux membres de votre famille ou envisager de faire appel à un professionnel.

Évaluation des symptômes d’épuisement professionnel

Pour évaluer votre niveau d’épuisement professionnel, vous pouvez vous poser des questions telles que :
Combien de fois avez-vous eu envie d’abandonner ?
Avez-vous pensé à quitter votre emploi ?
Avez-vous peur de perdre votre emploi ?
Votre vie devient-elle ingérable ?
Avez-vous envie de retourner au travail après avoir pris un congé ?
Qu’est-ce qui vous rendrait heureux en ce moment ?
Préféreriez-vous dépenser de l’argent pour des choses qui vous plaisent plutôt que d’acheter des choses dont vous n’avez pas besoin ?
Êtes-vous satisfait de vos relations ?

Dois-je demander de l’aide pour du surmenage ?

Que vous réussissiez supérieurement à cause de motivations personnelles ou par désir de satisfaire les autres, ou les deux, ce schéma de « tout faire » tend à être profondément imprimé et se répétera sans doute si vous ne recherchez pas une aide professionnelle. Alors que vous pouvez vous sentir gêné ou honteux de demander de l’aide, c’est en fait la première étape pour vous sentir mieux. Si vous aviez déjà demandé de l’aide, vous n’auriez sans doute pas souffert de surmenage.

Si vous vous sentez surmené, vous avez sans doute besoin de diminuer vos heures d’activité au travail ou à l’école, ou même de vous mettre en arrêt maladie. Si vous êtes un parent restant à la maison, il vous faut peut-être restructurer vos journées afin de mieux vous occuper de vous-même. Nos thérapeutes peuvent vous aider à évaluer vos options et peuvent vous fournir les formulaires nécessaires le cas échéant. Dans tous les cas, la thérapie peut vous aider à comprendre comment vous êtes devenu surmené, comment vous pouvez vous remettre et comment vous pouvez empêcher ceci d’arriver à nouveau.

Se remettre du surmenage

Il est difficile de savoir combien de temps vous aurez besoin pour récupérer suite à un surmenage et quelles seront les étapes pour y arriver.  Il peut être difficile d’admettre qu’on a besoin d’aide mais consolez-vous – nous passons tous par là à un moment ou un autre de notre vie.  Essayer de « foncer tête baissée » à travers la crise peut souvent rendre les choses encore pires.  Une rencontre avec votre thérapeute pourrait vous aider à :

  • Prévenir le surmenage si vous êtes à risque
  • Développer un plan pour ré-établir votre sentiment de bien-être
  • Évaluer si une réduction de votre charge de travail au travail ou à l’école est requise, et vous aider à retourner à la charge habituelle lorsque vous serez prêt
  • Coordonner au besoin votre remise sur pied avec votre médecin, votre école, votre employeur ou votre compagnie d’assurance.
  • Comprendre ce qui vous a mené au surmenage et développer des stratégies pour éviter cette situation à l’avenir.

Découvrez d'autres services spécialisés

Accumulation compulsive Agoraphobie Alexithymie Angoisse de la performance Anorexie nerveuse Anxiété liée à la santé Anxiété post-partum Anxiété sociale Asexualité et aromantisme Attaques de panique Autosabotage Blessure morale Boulimie nerveuse Compétences en communication Compétences en matière de résolution de problèmes Compétences parentales Confiance en soi Consultation Prénuptiale Courage managérial Croissance personnelle Déficience intellectuelle Dépendance Dépendance aux jeux vidéo Dépendance sexuelle Dépression Dépression post-partum Des frontières saines Deuil et perte Difficultés sexuelles d’ordre émotionnel Dysfonctionnement érectile Dysrégulation émotionnelle Éjaculation précoce et retardée Enurésie ou incontinence nocturne Gestion de la colère ordonnée par le tribunal Gestion de la douleur chronique Gestion du stress Gestion du temps et organisation Grossesse et maternité Identité de genre Intimidation et cyberintimidation Jeu pathologique L'affirmation de soi L'attachement chez les adultes La dyspareunie La maladie chez les adultes La maladie chez les enfants et les adolescents le deuil anticipé Le mensonge compulsif Leadership Maîtrise de la colère Motivation Mutisme sélectif Oncologie psychosociale Perfectionnisme Phobies Problèmes de sexualité Procrastination Psychose Questions relatives à la fertilité Ranimer l'amour Relations interpersonnelles Séparation ou divorce Sexualité atypique Soucis professionnels Soutien aux réfugiés et aux immigrants Soutien en matière de racisme et de discrimination Soutien LGBTQ+ Surmenage Survivants d'abus narcissiques Survivre à la maltraitance TDAH Thérapie Chrétienne TOC Transgenre Transition de vie Trouble bipolaire Trouble d'anxiété généralisé Trouble de la personnalité limite Trouble de la personnalité narcissique Trouble du comportement Trouble obsessionnel compulsif de la personnalité Trouble oppositionnel avec provocation Troubles alimentaires Troubles anxieux Troubles de dysmorphophobie Troubles de l'adaptation Troubles de l'apprentissage Troubles de l'attachement Troubles de l'humeur Troubles de la personnalité Troubles de la personnalité dépendante Troubles du sommeil Troubles du spectre autistique TSPT Vaginisme