Je vais vous présenter aujourd’hui les outils d’une communication efficace pour que, lorsque les conflits surgissent, ce qui est inévitable dans toute relation authentique, vous sachiez comment présenter votre position d’une manière augmentant la connexion et l’intimité.

Les conflits ne représentent pas un problème dans les relations, il s’agit simplement d’une évolution en attente et un signe que vos besoins, ou ceux de l’autre personne, ne sont plus satisfaits. Toutefois, si vous ne possédez pas les outils pour bien mener un conflit, cette phase relationnelle peut s’avérer très pénible. Et si vous êtes bloqué dessus, cela peut donner l’impression que c’est l’enfer.

Voici quelques suggestions pour bien mener un conflit pour qu’en conséquence, l’intimité augmentera dans votre relation :

1. Lorsque vous voyez rouge, ne dites et ne faites rien !

Lors d’un conflit, lorsque les émotions sont intenses et que vous voyez rouge, la seule règle à cet instant est de ne rien dire et de ne rien faire, et de revenir à un état d’esprit calme. Lorsque vous êtes provoqué et que vous avez envie de vous fâcher, rien de bon ne peut en sortir. La raison pour cela est que votre cerveau ancien, le cerveau reptilien, prend le contrôle car il a perçu une menace et que son objectif unique pour l’instant est de défendre et d’attaquer.

Des recherches ont montré qu’à ce moment-là, un cocktail chimique afflue dans votre cerveau et que vous ne pouvez accéder à votre cortex préfrontal qui est votre centre de raisonnement. Cela signifie que quand vous voyez rouge, vous ne pouvez penser ! C’est exactement pourquoi, lorsque je n’ai pas écouté mes propres règles par le passé, j’ai dis et fait des choses qui me font honte et pour lesquelles j’ai du m’excuser.

Lorsque les émotions sont intenses, il vaut mieux vous accorder un répit pour vous calmer et patienter jusqu’à ce que vous puissiez vous reconnecter à votre centre de raisonnement, la partie de votre cerveau détenant votre sagesse et votre perspective. Puis, une fois que vous êtes calmé, il est temps de commencer à communiquer vos sentiments et vos pensées.

2. Est-ce un bon moment pour parler ?

Avant de commencer une conversation, prenez un moment pour vérifier avec vous-même si c’est un bon moment pour vous pour parler de choses importantes. Si vous êtes fatigué, que vous avez faim, que vous êtes irrité ou que vous reveniez à peine du travail, il vaut peut-être mieux attendre un meilleur moment.

Vérifiez ensuite avec l’autre personne si ce serait un bon moment pour elle pour avoir cette conversation. Il m’est arrivé de choisir des moments atroces pour initier une conversation sérieuse avec mon partenaire, lors de matchs de hockey, ou lorsqu’il était épuisé, les deux occasions ont été des échecs. Au fil du temps, j’ai appris à vérifier d’abord avec lui, pour voir si mon moment coïncidait avec le sien.

Lorsque vous vérifiez avec l’autre personne, vous pouvez dire quelque chose du genre « Dis, c’est un bon moment pour parler de l’altercation d’hier, tu es disponible ? ». Si l’autre personne n’est pas prête à parler du problème à ce moment-là, demandez-lui si elle peut vous donner une heure au cours des prochaines 24 heures, pour que vous sachiez que le problème ne sera pas mis au placard et sera traité rapidement pour que l’harmonie puisse revenir dans votre relation.

3. Un moment suffisamment long sans interruptions.

Lorsque vous parlez, assurez-vous de réserver au moins une heure afin d’échanger vos perceptions et de régler les choses. Assurez-vous qu’il n’y aura pas de distractions, désactivez vos téléphones et soyez sûrs de ne pas être interrompus par vos enfants. Gardez un contact oculaire lorsque vous parlez.

4. Commencez par quelque chose de positif.

C’est important, car il est plus facile pour votre cerveau d’entendre les aspects difficiles s’il a d’abord entendu une chose positive.

Vous pouvez dire quelque chose du genre « Je t’aime et tu comptes beaucoup pour moi. Je te respecte et je n’ai pas l’intention de te blesser. Je veux trouver une solution valable pour nous deux et je veux le faire d’une manière respectueuse ».

5. Personne n’a tort ou raison.

Soyez clair dès le début, il ne s’agit pas de savoir qui a tort ou raison. Lorsqu’il s’agit de l’expérience humaine, je pense qu’il n’y a pas de façon juste ou fausse de voir les choses, il n’y a que des expériences également valides. Lorsque nous sommes pris dans un débat de qui a tort et qui a raison, nous nous retrouvons bloqués dans une lutte de pouvoir et nous n’avançons pas.

En d’autres mots, vous êtes toujours logique envers vous-même, les autres sont toujours logiques envers eux-mêmes, et je suis toujours logique avec moi-même. L’objectif lorsque nous communiquons doit être de devenir curieux, de vouloir connaître l’univers de l’autre personne. De voir leur perception comme un ajout enrichissant et non pas comme une menace.

Vous pouvez dire quelque chose du genre, « Pour moi, il ne s’agit pas d’avoir tort ou raison. Je veux simplement partager avec toi mon expérience puis écouter la tienne. Peux-tu s’il te plaît ne pas m’interrompre pendant que je partage comment je vois les choses puis j’aimerais faire la même chose pour toi ».

6. Utilisez la formule de communication en quatre étapes suivante.

Il s’agit d’une formule en quatre étapes efficace qui facilite beaucoup une communication respectueuse. Elle commence par 1) Quand, passe à 2) Je ressens, puis 3) Comment j’interprète ton comportement et se termine par 4) J’aimerais.

Quand. Cela vous permet d’être spécifique au sujet du comportement exact dont vous souhaitez parler. Décrivez simplement le comportement ou la situation dont vous souhaitez parler, sans jugement, comme s’il avait été observé par une caméra. Au lieu de commencer par blâmer, par exemple, formulez simplement de façon neutre le sujet dont vous voulez parler. Vous pouvez dire par exemple quelque chose du genre, « Quand nous n’avons pas fait l’amour depuis six mois…”.

Je ressens. Cela vous permet d’exprimer ce que vous ressentez lorsque ce comportement se produit. Personne ne peut questionner vos sentiments, ils sont toujours acceptables. Nous ressentons souvent de nombreux sentiments à la fois, essayez de les exprimer tous, particulièrement les plus vulnérables. Il est important de distinguer entre vos sentiments et la manière dont vous interprétez le comportement de l’autre personne (ce qui sera l’étape suivante). Vous pouvez par exemple dire quelque chose du genre « Quand nous ne faisons pas l’amour pendant six mois, je me sens seule, négligée, indésirable, triste et en colère ».

Comment j’interprète ton comportement. C’est le moment de dire à l’autre personne comment vous avez essayé de comprendre son comportement. Vous pouvez dire quelque chose du genre « Quand nous ne faisons pas l’amour pendant six mois, je me sens seule, négligée, indésirable, triste et en colère. Et, la manière dont j’interprète ton comportement c’est que tu ne m’aimes et ne me désires plus ».

Ce que j’aimerais. Cette dernière partie vous permet de faire une demande claire et directe. L’autre personne sait à présent ce que vous voulez d’elle. Ce n’est pas un ordre, l’autre personne peut refuser, même si la demande vous semble raisonnable. Soyez aussi spécifique que possible. Ne dites pas des choses telles que, « Je voudrais que tu sois plus romantique » ou « Je veux sentir plus que tu t’intéresses à moi ». Cela pourrait dire n’importe quoi, en fonction de la personne.

Énoncez dans votre demande un comportement spécifique. Vous pouvez dire par exemple, « Quand nous n’avons pas fait l’amour depuis six moi, je me me sens seule, négligée, indésirable, triste et en colère ». La manière dont j’interprète ton comportement c’est que tu ne m’aimes et ne me désires plus, et je voudrais que nous ayons une conversation et comprendre où tu en es ».

Vous pouvez utiliser ces conseils en communication avec quiconque. Je les ai utilisé avec des amis, des collègues, des étrangers et ma propre famille. Ils sont efficaces et vous permettent d’être fermes sans devenir agressifs. Lorsque vous êtes anxieux, cela vous permet d’envoyer un message complet, même si vous avez tendance à omettre des parties parce que vous avez peur. Je souhaite que ces outils vous aideront à réparer et à fortifier de nombreuses relations.

happiness-badge-transparent

Cet article fait partie de la série "Créer votre bonheur", votre source d'inspiration pour entreprendre des changements positifs dans votre vie.

Vous aimez les posts de Daniela ? Abonnez-vous à sa série de blogues :

A PROPOS DE L'AUTEUR

Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Daniela contribue régulièrement au blogue de Blake Psychologie et est l'auteure de la série "Création de bonheur".

En savoir plus sur l'auteur

PLUS D'ARTICLES DANS LA SÉRIE

Publié dans

Le pouvoir de la désintrication cognitive : comment laisser passer les pensées inutiles et améliorer la santé psychologique

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Vous pouvez être aux commandes : cessez d’être torturé par des pensées pénibles et apprenez à les remplacer

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Votre énoncé de mission : votre boussole intérieure qui vous aidera à rester centré et à garder le cap

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Si vous voulez être heureux, la compassion et la gentillesse envers vous-même ne sont pas facultatives

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Créer des schémas de pensée sains : votre cerveau ne produit pas la vérité, et une pensée et penser sont deux choses différentes

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

C’est inévitable, choisissez le pardon si vous souhaitez être heureux

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Vous comparer aux autres est le chemin le plus sûr vers la souffrance : comment apprendre à vivre votre vie de la meilleure manière possible

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Comment échapper à l’étreinte suffocante de la honte

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Comment cesser de s’inquiéter lorsque mon anxiété prend le dessus et que je me sens impuissant(e)

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Il n’y a pas de bons ou de mauvais sentiments, accueillez-les tous : ils représentent votre GPS interne

Par Mme. Daniela Beer-Becker, Psychologue

Laissez un commentaire